Keoland

KEOLAND , ROYAUME DE
Sa Majesté Sans Pareil, le roi de Keoland ; Kimbertos Skotti, Seigneur de Grande Marche : Plar de Sterich ; Protecteur du Sud, etc (Ranger 14e niveau)

Dirigeant Roi Kimbertos Skotti (564-)
Gouvernment Monarchie Féodale (Le Trône du Lion)
Etabissement -342 CY
Capitale Niole Dra
Ville Majeures Niole Dra, Cryllor; Gradsul (port)
Provinces 27 majeurs et duchés mineurs comtés , marches, territoires, et baronies.
Resources agriculture (blé), tissu, or, gemmes
Population 1,800,000
Languages Commun, Keoish, Elvish, Gnomish, and Halfling
Religions Heironeous, Phaulkon, Saint Cuthbert, Fharlanghn, Ehlonna, Lydia, Osprem, Zilchus, Kord, Xerbo, Norebo, Olidammara, the Seldarine, Trithereon

Capitale : Niole Dra (pop. 21 600 )
Population: 300 000 ( Non compris les dépendances )
Demi -humains : Elfes Sylvains, gnomes , Hobbits
Humanoïdes : Quantités douteuses
Ressources : Denrées alimentaires, tissus, or, pierres précieuses ( III )

Keoland fut le premier royaume majeur à être établi dans la Flanaess, les tribus Oeridiennes et Sueloises se mêlant et se rejoignant pour bâtir un royaume tolérant et prospère qui nominativement inclus de nombreux groupes variés de demi – humains également. Après plusieurs siècles de commandement favorable, une ligne de monarques sur le Trône Keoish devint ambitieuse et s’engagea dans une politique de conquête.
A l’apogée de cet impérialisme, Keoland régnait du Pomarj aux montagnes des Brumes cristallines, tandis que ses armées poussèrent jusque dans Ket et menacèrent Verbobonc et la ville de Véluna (350-360 AC). L’expédition Ketite tourna mal dans plusieurs batailles successives ( Molvar , Lopolla), tandis qu’une alliance entre Véluna et la Furyondie mit fin à la menace Keoish dans cette région (Guerre Courte).
Par coïncidence, les peuples demi-elfes au sein des frontières de Kéolande objectèrent aux politiques guerrières du roi et commencèrent à expulser les garnisons royales dans les provinces Ulek et Celene. Dans la lutte qui suivit, les hommes libres de la partie ouest rejoignirent les rangs des demi-hurnains. Des maraudeurs dans l’extrême sud ont profité de ces conditions pour harceler la côte Keoish de Gradsul à Gryrax.

Le roi Tavish III fut tué dans la bataille contre les Princes de la mer ( Siège de Westkeep, 453 AC ) . et son fils, Tavish IV, changea immédiatement les lignes de conduite du royaume en montant sur le trône. Après de longues négociations, l’Etat indépendant de la Yeomanry a été reconnu, les États Ulek se virent attribuer l’autonomie, et Keoland retourna à son ancien état de tolérance et de prospérité par la suite. La Grande Marche semi- indépendante et le Comté de Sterich sont fidèles à la couronne et fournissent des forts contingents à l’armée royale. Les Keolanders sont bien connus pour leur cavalerie légère employant javelots, arbalètes et lances. Le gros de l’armée se compose de fantassins armés d’armes d’hast et de longues lances, tandis que la noblesse compose la part de cavalerie lourde de la force. Il ya généralement de petites compagnies d’elfes, gnomes, hobbits, et/ou de nains inclus dans la revue. La flotte est apte à la bataille mais petite, et les conflits avec les Princes de la Mer continuent de sévir dans le royaume.

Branche Législative
Le Conseil de Niole Dra, est composé de la noblesse majeure of major nobility et des têtes des principales guildes et sociétés de Keoland. composé d’environ 100 personnes, le Conseil traite les questions de succession, les levées de taxes provinciales et ratifie les modifications à la charte fondatrice du royaume.

Transportation
en addition à ses routes usées, Keoland bénéficie d’un trafic fluvial intensifsur la Javan et Sheldomar. Le port de Gradsul est le plus grand de la Mer d’Azur.

Armée
La royal navy, basée a Gradsul, is menée par le Duc de cette province, Luschan VII, qui agit comme Lord Grand Admiral de Keoland.
Keoland est également protégé les Chevaliers indépendants de la Garde des Confins et les chevalier de Dispatch.

Le Royaume de Keoland est une des plus anciennes nations du Flanaess, et son histoire est bien ancrée dans d’autres tomes. Ce qui n’a pas été mentionné est la mesure dans laquelle le roi Kimbertos Skotti a réformé la société de son pays. Alors qu’avant Keoland était connu pour être un royaume « à l’ancienne » similaire à celui de Nyrond (où l’esclavage et le servage ont été autorisés, où les femmes ne combattaient pas, et où les demi-humains étaient des citoyens secondaires), Skotti a, depuis qu’il est monté sur le trône en 564 CY, entrepris des réformes sociales considérables.
Keoland a aboli son commerce des esclaves, bien que certains nobles mènent encore ( et manifestement illégalement) un commerce secret avec des puissances comme les anciens seigneurs esclavagistes et les Princes des Mers, et maintenant Turrosh Mak et d’autres organisations d’asservissement. La position des femmes dans la société a été considérablement améliorée, tandis que Skotti se classe désormais comme l’un des rois les plus populaires parmi ses sujets elfes et gnomes pour son approche hands-off à la gestion des affaires dans les Good Hills, le Dreadwood , et les Etats Ulek. Les gens du commun apprécient aussi son renforcement de leurs droits civils.
Malheureusement, cela a aliéné un bon nombre de nobles de Skotti, qui ont plié bagage pour Sterich, Gran March ou même les Princes de la Mer dans ces années. Skotti a réagi en remplaçant simplement ces nobles partis sur leurs terres par des relations qui sont plus susceptibles de suivre ses nouvelles lois. Les aventuriers ont également été récompensés pour leur service dans le nettoyage de la plupart des sales désordres laissés derrière par ces nobles.

Société et culture : Les habitants de Keoland rurale sont amicaux mais réservés, préférant souvent que les voyageurs ne séjournent pas plus d’une nuit avant de repartir. Les mages sont considérés nerveusement et avec crainte, et ceux qui ne parlent pas Keolandish sont automatiquement considérés comme étranger. Pourtant, ils sont de bonnes personnes, et récompenseront toujours les bons tours et les services qui leur sont rendus par des étrangers qui croisent leurs chemins.
Les Keoish citadins sont de la même famille, et aussi beaucoup plus ouverts et accueillants. Ils ont une attitude bienveillante pour eux, et vont harceler les voyageurs pour chaque morceau de nouvelles intéressantes qu’ils peuvent colporter. Ils seront heureux d’échanger des histoires ou un repas avec des étrangers qui les récompensent avec bonté, bien que certains voyageurs ont noté combien les nobles Keoish ont tendance à gloser sur eux-mêmes.
Malgré la bonté de leurs cœurs, les Keoish ont une certaine « noblesse oblige » envers tous les autres citoyens et les gens, et donc ont tendance à parler avec condescendance aux étrangers, même si ils ne s’en rendent généralement pas compte. Etant si convaincus de leur propre rectitude morale et leur supériorité , les citoyens de Keoland sont souvent surpris, choqués et / ou blessés quand les gens irrités ne peuvent plus se mordre la langue, et envoyer le Keolander balader.
La culture Keoish est très égalitaire et ouverte, sans égard au sexe ou à la race pour déterminer qui remplit tel rôle dans une société. Cette ouverture signifie, cependant, que les gens de tous les niveaux de la société, lorsqu’elle est organisée dans une assez grande faction, peuvent essayer de saisir l’attention du roi au détriment d’autres groupes, ce qui rend les changements de politique assez lents à venir.
Le roi est conseillé par le Conseil de Niole Dra , qui peut l’emporter sur les décisions du roi lorsqu’il s’agit de la charte de la nation, mais ce faisant peut risquer la colère de beaucoup de groupes d’intérêt du royaume, parmi lesquels la famille royale elle-même. Le méli-mélo de subdivisions et des provinces dans le royaume sont continuellement en butée contre la Couronne sur les questions relatives à ce qu’ils considèrent comme leurs propres zones de contrôle, et cela ralentit encore la prise de décision. Malgré tout cela, led diverses factions du royaume ne se battent pas autant qu’elles le pourraient. Ainsi, alors que les décisions peuvent être lentes à venir, elles ne peuvent pas être contrecarrées ou ruinées par un petit groupe de dissidents.
Certains nobles Keoish ont connu une fort croissance dans leur richesse , ce qui signifie qu’ils ont peu d’affection pour le roi parvenu Kimbertos et ses réformes. Ces nobles utilisent de nombreuses méthodes, dont certaines subtiles , d’autres évidentes, pour contourner les lois qu’il a adoptées, et accroître leur propre pouvoir. Ces nobles sont ceux qui vont faire de la contrebande.

Structure militaire: Gran March et Sterich envoient des troupes pour aider Keoland, bien que sa propre cavalerie légère et lourde, composée de la noblesse, soient au cœur des forces de Keoland. Ce sont les meilleures troupes de Keoland, même si elles ne sont pas de taille pour les élites de tout État client donné. Archers, ingénieurs, l’infanterie légère et moyenne, les hobliars lourds complètent le reste des armées du royaume, dont aucun n’est assez habile pour pouvoir œuvrer à l’échelle continentale. Keoland est connu pour préférer la diplomatie sur le combat, et n’a pas combattu une guerre sérieuse au cours des siècles. Ses premières dépêches à l’aide des pays occidentaux ont beaucoup souffert contre les groupes de géants auxquels elles ne s’attendaient pas.
Les troupes envoyées par les Etats clients de Keoland sont souvent de qualité inférieure par rapport à ses propres soldats natifs, et les petites compagnies de demi-humains ne sont ni communes ni bien formées. Enfin, les levées paysannes de Keoland sont parmi les plus faibles des grands royaumes Flanaess, la plupart d’entre eux n’ayant même jamais vu une épée dans leurs vies.
La Marine de Keoland, basée à Gradsul est devenue plus forte après les guerres de Greyhawk, grâce aux navires pillés des Princes de la mer, et généralement considérée comme supérieure à celle de Furyondy, l’Empire Cornu ou Urnst. Pourtant, elle n’est guère de taille face aux boucaniers et marins de la Solnor, et a envoyé des émissaires à Onnwal et Nyrond, pou solliciter l’aide navale mutuelle contre Ahlissa et la Seigneurie des îles.
 
Dirigeant : Anciennement un seigneur ranger naïf et ouvert, proche de Dreadwood, redoutable contre les géants, mais mal informé au sujet de la politique internationale, le roi Kimbertos Skotti a mûri en un dirgeant immuable et fort, dont le charme et le charisme sont l’objet de la convoitise d’un millier de filles de nobles à travers le Flanaess. Il conserve sa manière directe de parler, pleine de force, ce qui le met parfois en difficulté avec le Mage Conseiller de la Cour, Lashton de Grayhill. Skotti a, parfois par simple commandement d’obéissance, apporté de nombreuses lois pour améliorer la santé et le bien-être des peuples communs et opprimés du royaume. Il n’a toutefois pas été en mesure de traiter de manière adéquate avec les dirigeants de ses états clients, qui sont de plus en plus en colère contre l’incapacité apparente du roi pour faire face aux crises autour de lui. Malgré ses réformes, son impopularité grandit, même parmi son propre peuple, qui craint qu’ils pourraient être les prochains à subir une invasion de géant ou de gobelins.
Skotti s’est remarié après la mort de sa première femme en 587 CY. La première reine semble être morte en donnant naissance à son huitième enfant, et sa nouvelle épouse enceinte de sa quatrième progéniture. La fécondité apparente du mariage royal est le sujet de beaucoup de ragots dans les tribunaux de nobles à travers le pays.
 
Relations étrangères: La plupart des voisins de Keoland sont en colère contre elle, à un degré ou un autre. Geoff et Sterich sont outrés par la politique politicienne de Skotti, et demandent compensation. Gran March a eu peu de contacts avec la cour de Skotti depuis la disparition du commandant Petros. Les Etats Ulek sont nerveux au sujet de la menace de la Pomarj, avec le prince Corond qui exprime sa frustration devant le manque de soutien de Keoland pour sa guerre en cours contre le Pomarj. Les citoyens de tous ces pays ont un ressentiment également contre la fierté et la grande moralisation des Keoish.
Véluna propose de se joindre à Keoland dans la conduite du Baklunish hors de Bissel, mais pourquoi cette nation ne traite pas avec Gran March est curieux. La Ligue de fer tend la main au Keoland, avec un accord secret conçu pour soutenir les Etats flottants de l’est contre ce qui semble être un Ahlissa récupérant rapidement. Keoland offre sont soutien vers des contrées lointaines, et le manque correspondant de l’aide pour ses Etats vassaux, n’est pas passé inaperçu pour ces derniers.

Keoland1.jpg

Keoland

Castel Bofolmons JackMunchkin JackMunchkin